Bourgogne du Sud

 

Montchanin

Montchanin début 1900

En cartes postales & photos perso


Etang de Torcy

Avenue de la République

Promenade le long du canal du centre

Equipe de Rugby Montchaninoise 1933

Avenue de la République

Canal du centre

HLM du Bois Bretoux

Cité PLM

Etablissement Schneider Les fours à chaux

La gare

Vu sur le canal du centre et l'usine Henri Paul (Schneider et Cie)

Le Bois Bretoux: canal du centre à gauche et l'étang de la corne au vilain à droite

Intersection Avenue de la république et Avenue de la libération 

 

 

Monuments historiques et bâtiments protégés de Montchanin


Boulangerie coopérative de la Compagnie PLM ; actuellement maison


Histoire : La boulangerie coopérative des employés de la Compagnie PLM fut construite en 1900 (daté par source) suivant un projet établi par la Grande Tuilerie de Bourgogne. Elle est rachetée vers 1922 (daté par travaux historique) par la tuilerie pour y installer sa propre boulangerie coopérative. Support de décors architecturaux en céramique produits par la Grande Tuilerie, ce bâtiment est utilisé durant les deux premières décennies du 20ème siècle comme illustration dans les catalogues commerciaux de la société. Le bâtiment a profondément été remanié lors de sa transformation en habitation, perdant à cette occasion la majeure partie de son registre décoratif.
Adresse : 2 rue de Mâcon

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1900
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Cité ouvrière des Pisés
Histoire : La cité des Pisés, composée de quatre bâtiments de quatre logements chacun, a été construite en 1861 par la Société des Houillères de Montchanin. Elle devient propriété des établissements Schneider lors de l'acquisition des houillères en 1869. En 1999 un des quatre bâtiments a été reconstruit à l'identique (sauf matériaux) par l'OPAC suite à son effondrement.
Adresse : place Sainte-Barbe

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1861

Cité ouvrière dite La Cité Nouvelle
Histoire : La Cité Nouvelle est construite entre de 1874 à 1876 pour les ouvriers des mines de Montchanin exploitées par les Etablissements Schneider. Cette cité se compose alors de trente deux logements ouvriers monofamiliaux et de deux logements de contremaître. Elle est dotée en outre d'un fournil et d'une buanderie, reconvertis en logements à une date indéterminée.
Adresse : 14 à 44 rue Jean Bouveri ; 14.16.18.20.22 rue Victor Hugo ; 4.5 rue Pasteur ; 1.3.5.7 rue Curie

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1874

Cité ouvrière du Château d'Eau
Histoire : La cité du Château d'Eau, formée de dix bâtiments alignés, fut construite vers 1929 (daté par travaux historiques) par la Grande Tuilerie de Bourgogne de Montchanin. Cette cité se situe sur le point le plus haut de Montchanin, surplombant ainsi les anciennes carrières de terre de la tuilerie. Initialement chaque bâtiment contenait quatre logements ouvriers de deux pièces, nombre qui fut rapporté progressivement à deux à partir des années 1940 (soit un par niveau d'habitation) . La grande majorité des bâtiments ne contient plus actuellement qu'un seul logement.
Adresse : 24 à 42 route du Château d'eau

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1929

Ecole
Histoire : La Société des Houillères de Montchanin fit construire cette école en 1838 (daté par source) pour scolariser les enfants des mineurs employés par la société. Ouverte en 1839, elle fut agrandie dès 1846 pour loger de l'instituteur et de l'employé expéditionnaire de la compagnie. Après la création de la commune de Montchanin-les-Mines en 1854, la mairie fut installée dans ce bâtiment (jusqu'en 1927) , la compagnie minière construisant ailleurs de nouvelles écoles de filles et de garçons. Siège de la perception du Trésor Public et du Secours Catholique jusqu'à la fin des années 1990, le bâtiment aujourd'hui désaffecté doit être transformé en logements sociaux par les services de l'OPAC.
Adresse : 4.6 place Roger Salengro

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1838 ; 1846
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ecole de filles, école de garçons, dites écoles Schneider ; actuellement bibliothèque et école primaire Curie Pasteur
Histoire : Les écoles de garçons et de filles sont construites en 1877 par les Etablissements Schneider à proximité immédiate de la cité ouvrière dite Cité Nouvelle (étudiée) édifiée de 1874 à 1876. L'école des filles comporte alors un asile pour les jeunes enfants et une pharmacie. Entre 1880 et 1898, elle est dotée d'une chapelle, d'une cuisine, d'un réfectoire, d'un parloir et d'un dortoir de 16 lits, destinés aux soeurs dirigeant l'école. Les bâtiments ont été acquis par la commune de Montchanin (date inconnue) . L'ancienne école de garçons abrite aujourd'hui la bibliothèque municipale, celle des filles l'actuelle école primaire Curie Pasteur.
Adresse : 106.108 Avenue de la République

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1877
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Eglise paroissiale
Histoire : L'église et le presbytère, en projet depuis 1844, furent édifiés de 1846 à 1847 (daté par source) par la Société des Houillères de Montchanin. L'église devint église paroissiale en 1854 lors de la création de la commune de Montchanin-les-Mines. En 1877 furent adjoints à l'église deux collatéraux et en 1893 une horloge.
Adresse : place Roger Salengro

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1846
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ensemble d'industrie céramique de la Grande Tuilerie de Bourgogne, actuellement usine de construction mécanique et entrepôt commercial
Histoire : Créé en 1858 sous la raison sociale Georges et Cie, cet ensemble d'industrie céramique prend son essor après son rachat en 1863 par la société Charles Avril et Cie, alors propriétaire des houillères de Montchanin. En 1869 Charles Avril abandonne l'activité minière aux Etablissements Schneider du Creusot et se focalise sur le développement de l'usine céramique. Vendue en 1878, elle devient la Société Anonyme de la Grande Tuilerie de Bourgogne à Montchanin-les-Mines. La tuilerie a tenu une place importante au plan national : elle fabrique en 1862 1, 2 million de tuiles mécanique, 5 millions en 1864, 12 à 14 millions en 1910. En 1938 la société fusionne avec celle de Chagny (71) , date marquant le déclin progressive de l'usine montchaninoise. Fermée en 1969, la grande majorité des bâtiments d'exploitation sont détruits en 1978, à l'exception de l'ancien atelier des réfractaires datant de 1927 (bâtiment désaffecté, propriété de la commune) , l'atelier des creusets, dont la destruction est programmée, et l'ancienne fonderie (1927) aujourd'hui atelier de construction mécanique Brochot dont il ne reste plus qu'une infime partie de la structure métallique porteuse. Cette fonderie fut le siège des Forges et Ateliers de la Foulerie de 1940 à 1951, société ardennaise qui édifia un atelier de mécanique transformé après 1951 en atelier d'entretien des véhicules de la tuilerie, et aujourd'hui entrepôt commercial. Entre 1869 et 1921 divers logements pour le personnel sont construits par la tuilerie, cédés après la fermeture de 1969.L'usine est secouée par deux grandes grèves, en 1899-1900 et 1936. Effectifs : 200 ouvriers en 1865 ; 500 en 1880 ; 330 en 1890 ; 600 en 1901.
Adresse : rue Lamartine

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1927 ; 1940

Fonderie Henri-Paul, actuellement usines de construction mécanique et de chaudronnerie
Histoire : La fonderie Henri-Paul est construite à partir de juin 1918 par les Etablissements Schneider du Creusot, après l'achèvement de la fonderie d'acier du Breuil (71) . La première coulée est réalisée le 19 juin 1920. Le site est doté alors d'une fonderie de fonte d'une capacité de 30 000 tonnes annuelles, d'une fonderie de bronze (laiton...) de 3000 tonnes. Equipée d'une dizaine de cubilots d'une capacité horaire variant entre 4 et 12 tonnes, la fonderie voit son matériel de fusion renouvelé vers 1934 (nouveaux cubilots et fours électriques) . La dernière coulée a lieu en janvier 1984. Les différents locaux, dont la propriété est répartie entre diverses sociétés et la Communauté Urbaine Le Creusot Montceau, sont le siège aujourd'hui de nouvelles activités industrielles dont une usine de construction mécanique (SFAR) et une usine de chaudronnerie (Ets Languinier) ...La fonderie employait 1500 ouvriers en 1921, 780 en 1965, 700 et 1977.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1918
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Immeuble à logements
Histoire : Cet immeuble fut construit vraisemblablement entre 1870 et 1890 pour loger des employés de la Grande Tuilerie de Bourgogne.
Adresse : 31.33 avenue de la Libération

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Immeuble à logements
Histoire : Cet immeuble contenant quatre logements ouvriers fut construit en 1903 (porte la date) par la Grande Tuilerie de Bourgogne de Montchanin. Ce bâtiment peut être qualifié de maison-témoin : sa proximité avec la gare de chemin de fer en a fait un support d'éléments décoratifs en céramique produits par la tuilerie, sobre mais représentatif de la production.
Adresse : 34.36 rue du Pont Jeanne-Rose

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1903
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Logement d'ouvriers
Histoire : Ce bâtiment à deux logements d'ouvriers fut construit vers 1904 (daté par travaux historiques) par la Grande Tuilerie de Bourgogne de Montchanin, à proximité immédiate de l'usine. L'emplacement était jusqu'alors occupé par la cantine de l'entreprise. Ces logements sont aujourd'hui la propriété de particuliers.
Adresse : 3.5 rue de la Tuilerie

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1904
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Logement d'ouvriers
Histoire : Ces logements ouvriers ont été construits à partir de 1869 (daté par source) pour loger les ouvriers de la Grande Tuilerie de Bourgogne jusqu'en 1969, date de fermeture de l'usine.
Adresse : 49-93 avenue de la Libération

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1869
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Logement d'ouvriers numéro 4
Histoire : Cet ensemble de cinq logements d'ouvriers fut construit durant la première décennie du 20e siècle par la Grande Tuilerie de Bourgogne de Montchanin, face aux ateliers de l'usine. Cette proximité explique l'usage de décors architecturaux en céramique issus de la production de l'usine. En 1999 le bâtiment ouest a été surélevé, brisant ainsi la composition géométrique et pyramidale de l'ensemble, jusqu'alors préservée.
Adresse : 5.7.9 rue Lamartine

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Logement patronal
Histoire : Ce logement fut celui de l'exploitant d'une briqueterie en activité depuis la fin du 19e siècle jusqu'aux années 1920 à Montchanin, la briqueterie Chambosse. Il a semble-t-il été construit vers 1900 (tradition orale) , datation corroborée par les éléments de céramique architecturale de production locale que l'on retrouve dans les catalogues de la Grande Tuilerie De Bourgogne à partir des années 1897 et surtout après 1903. Ce bâtiment fut acquis avant 1940 par les Etablissements Schneider propriétaires de la fonderie et de la cokerie Henri-Paul toutes proches. Le bâtiment a été revendu par la suite à des particuliers.
Adresse : 19 rue de Mâcon

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Logement patronal dit Château de la Tuilerie
Histoire : Lorsque Charles Avril vend en 1878 la Grande Tuilerie de Bourgogne de Montchamin, il conserve le Château Avril, alors logement patronal de l'entreprise. Entre 1880 et 1890 un nouveau logement patronal est alors édifié par le nouveau propriétaire de l'entreprise, C. Duval. Ce bâtiment, appelé Château de la Tuilerie, sert de logement aux directeurs successifs de la tuilerie jusqu'à sa fermeture en 1969.
Adresse : 11 rue de Mâcon

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Auteur(s) : maître d'œuvre inconnu

Logement patronal dit château Avril
Histoire : Le logement patronal dit Château Avril est construit en 1855 par la Société des Houillères de Montchanin alors dirigée par Charles Avril. Ce dernier l'acquiert en 1857 en même temps que la société. Celle-ci est revendue en 1869, Ch. Avril conserve le logement patronal. Il devient alors celui de la tuilerie de Montchanin que Ch. Avril achète en 1863. Lorsqu'il la revend en 1878, il garde le château qui est finalement rasé en 1891 en raison des dégâts causés par les travaux miniers souterrains. Ne subsistent aujourd'hui que les écuries et les communs fortement remaniés, ainsi que la ferme du château (pigeonnier et remise) et la conciergerie appelée pavillon neuf. Ces deux bâtiments, construits probablement dans les années 1880, sont le support de nombreuses céramiques architecturales de production locale. Tous ces bâtiments forment aujourd'hui des habitations distinctes.
Adresse : 2.3.5.8.10 rue Charles Avril ; 6.8 avenue de la République

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1855
Auteur(s) : maître d'œuvre inconnu

Logements d'ouvriers
Histoire : En 1898 (daté par source) la Grande Tuilerie de Bourgogne de Montchanin construit deux bâtiments de quatre logements ouvriers chacun à proximité du logement patronal de la société, dit Château de la Tuilerie. En 1921 la société construit à nouveau deux bâtiments à deux logements, appelés types 3bis et 4, modèles de logements édifiés par les Houillères du Bassin de Blanzy durant les années 1920 et 1930 à Montceau-les-Mines.
Adresse : 1.3.5.10.12.14 rue de Mâcon

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1898 ; 1921
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Maison Bonnardot
Histoire : La Grande Tuilerie de Bourgogne de Montchanin édifia cette maison d'habitation en 1901 (daté par source) pour un particulier, M. Bonnardot, cafetier dans le quartier de la Gare. Cette réalisation permettait à la tuilerie, ici simple entrepreneur, d'exposer sur la façade antérieure de l'édifice un échantillon de sa production de céramique architecturale, le long de l'axe de circulation reliant la gare au centre ville et à la tuilerie. Il s'agit en quelque sorte d'une maison-témoin, bien que cet édifice ne soit pas une propriété de l'usine de céramique.
Adresse : 129 avenue de la Libération

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1901
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Maison Godillot
Histoire : Cette maison d'habitation fut construite en 1905 pour M. Godillot, mécanicien dans le quartier de la gare, suivant les plans proposés par la Grande Tuilerie de Bourgogne en tant que simple entrepreneur. Cette usine de céramique trouvait là le moyen d'exposer certaines de ses productions le long de la route conduisant de la gare au centre de Montchanin. La façade antérieure de cette maison-témoin, ornée de divers éléments de céramique architecturale, est à ce titre remarquable.
Adresse : 127 Avenue de la Libération

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1905
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu



Maison d'employé
Histoire : Ce bâtiment, construit par la Grande Tuilerie de Bourgogne de Montchanin en 1897, était destiné au logement d'un employé de la société. Cet édifice, situé face au site de l'ancienne tuilerie, est orné de quelques éléments décoratifs en céramique.
Adresse : 6 rue de la Tuilerie

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1897
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Mine de houille dite houillères de Montchanin
Histoire : La Société des Houillères de Montchanin est créée en 1838 par E. Schneider, cédée à Charles Avril & Cie en 1857, puis rachetée par les Etablissements Schneider en 1869. En 1874 (daté par source) , sont construits à proximité du siège administratif et des puits d'extraction principaux deux bâtiments identiques : un atelier de réparation et un magasin. En 1877, sont édifiés deux logements pour les ingénieurs des concessions de Montchanin et de Longpendu. Après la fermeture des houillères en 1913, seuls les logements d'ingénieur, l'atelier de réparation et les magasins (détruits pendant la seconde moitié du 20e siècle) sont conservés, l'ensemble des autres bâtiments du site étant démolis. L'atelier était équipé de deux forges à quatre feux, une forge ronde et de nombreuses machines : tours, limeuse, perceuse, scies, meule...Les machines de l'atelier de réparation étaient mues par une machine à vapeur de 2 ch, située au centre de l'atelier et alimentée par une chaudière placée contre la façade est.
Adresse : 4.5.7 rue du Creusot

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1874 ; 1877
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Usine de préparation de produit minéral dite cokerie Henri-Paul ; actuellement golf
Histoire : La cokerie Henri-Paul fut construite en 1919 (daté par source) par les Etablissements Schneider pour remplacer celle du Creusot, située en pleine ville à proximité des hauts fourneaux, jugée trop vétuste et polluante. Cette cokerie se composait de deux batteries de quarante fours, d'une production de quatre cents tonnes par jour. La construction de quatre autres batteries était envisagée, mais ce projet ne fut jamais réalisé. Dès 1919 des ateliers d'exploitation des sous-produits furent adjoints à la cokerie (goudron, benzol, gaz destiné à fonderie Henri-Paul et aux usines du Creusot) ainsi qu'un atelier d'agglomération du minerai pour les hauts fourneaux (procédé Dwight & Lloyd par frittage ou demi-fusion) . La cokerie cessa toute activité en 1958. Friche industrielle jusque dans les années 1980, le site a finalement été reconverti en terrain de golf. A cette occasion on a procédé à la démolition des derniers vestiges de la cokerie et des ateliers annexes. Seuls subsistent la batterie n°2 et la base de la cheminée des batteries n°1 et 2, en plein coeur du parcours de golf.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1919
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Information extraites du site « http://www.actuacity.com / »