Bourgogne du Sud

 

Montceau les Mines

La reconversion d'une ville minière


L'Hôtel de ville
18, rue Carnot

L’Eglise Notre Dame
L’Eglise Notre Dame La construction eut lieu entre 1857 à 1862. Le style est néo-roman. Les pierres utilisées sont de la région (probablement de Chagny ou du Puley), les parements sont de briques pleines à l’extérieur, les toitures en ardoises et tuiles de Saint Romain des Iles (71).

L’orientation du choeur est Est- Sud/Est - environ 119°.
Altitude du parvis : 287 m (repère du nivellement général de la France, N.G.F. « côté Bourdaloue »).
Dimensions : suivant plan d’architecte et non compris la sacristie :
Longueur totale : 46 m
largeur maximum transept : 21 m - Grande nef : 21 m x 7,50m
hauteur totale de l’édifice : 42 m
surface de l’ensemble (intérieur) : 550m2 environ.

L’édifice possède une tribune avec orgue. Le Maître d’Autel est d’un style résolument moderne (1962). Les vitraux du chœur, des chapelles et des ailes proviennent des ateliers des moines de Taizé. Dans l’axe du chœur, l’Eglise se prolonge par la sacristie sous laquelle se trouve une crypte, sépulture de la famille de M. Jules Chagot, fondateur de la ville. La crypte ne se visite pas. La dernière restauration de l’Eglise a eut lieu en 1962 et 1963.

Le Monument aux Morts d’Antoine Bourdelle
Ce monument se trouve place de l’Eglise. C’est vers la fin de la vie d’Antoine Bourdelle (1861 - 1929), célèbre disciple de Rodin, que les Elus de Montceau-les-Mines lui demandèrent d’exécuter le Monuments au Morts de la ville (il s’agit évidemment de la Première Guerre Mondiale).

Il ne manqua pas de se rendre sur place, de descendre dans la mine et d’y observer les hommes à l’ouvrage. Il souhaitait mettre le travail à l’honneur à travers ce Monument. Malheureusement, les Elus de l’époque n’étaient pas tout à fait d’accord avec cette idée. Aussi, Bourdelle laissa traîner ses recherches et s’attaqua à d’autres ouvrages où il était libre de créer à sa guise. Puis on finit par lui laisser le champ libre et il fit alors diverses études de mineurs et de soldats et réalise les bas-reliefs.

Quant à l’ensemble du bâtiment, il lui donna la forme d’une lampe de mineur, s’étant rendu compte de l’importance de cet objet dans la vie de ces travailleurs. Ce monument est la dernière œuvre d’Emile-Antoine Bourdelle. Il a été d’ailleurs inauguré après sa mort en 1930.

Le Canal du Centre
Le Canal du Centre a été réalisé par l’ingénieur Emiland GAUTHEY, entre 1783 et 1793, pour assurer la communication entre la Méditerranée et l’Atlantique.

Préalablement envisagé comme voie de transit, le Canal du Centre s’est révélé être surtout le principal vecteur du développement industriel local, notamment pour le bassin minier Blanzy-Montceau.

Pour mieux concurrencer le transport ferroviaire naissant, des travaux ont été entrepris entre 1889 et 1905 pour permettre à de plus gros bateaux d’emprunter cette artère fluviale. Après la seconde guerre mondiale, le transit industriel se raréfie mais le Canal du Centre se tourne vers le tourisme fluvial et offre la possibilité de rejoindre la Saône et la Loire.

Afin d’accueillir les plaisanciers, la ville de Montceau-les-Mines s’est dotée depuis 1998 d’un port situé en plein cœur de la ville.

L'espace des art
L'EMBARCADERE

Lac du Plessis dans la brume
(Photo panoramique cliquer sur l'image)

Pont levis au-dessus du canal du centre - extrémité de la rue des Oiseaux.

Détail de l'articulation