Bourgogne du Sud

 

Montceau les Mines

Histoire




La création

L’emplacement de Montceau se trouve au bord d’une cuvette, sur la lisière Nord Est du Massif Central.
Ses dépôts houillers se sont formés dans une dépression qui sépare le Massif Central du Morvan (anciens lacs devenus tourbières). Les houilles de Blanzy ont été classées parmi celles qui résultent de la décomposition des fougères arborescentes aux proportions gigantesques (de 20 à 30 mètres de hauteur) que l’on retrouve dans les fossiles.
Le premier texte sur le charbon paraît en 1201. Au début du 16ème, le charbon de terre est connu dans notre région sous le nom de « oille » (houille).
Dans différents points existaient des petites exploitations artisanales affermées par ceux qui désiraient se faire « charbonniers » : on en retrouve la trace à Blanzy avec un acte portant la date du 11 février 1511.
Tout près de Blanzy, à 3 Km environ, Montceau (lieu-dit Monceaux) est nommé pour la première fois en 1266, dans un titre des archives de Côte d’Or.



La naissance d’une Ville

« Le Monceau, doit tout au charbon. Sans lui, il ne serait pas. L’histoire de Montceau-les-Mines est tellement liée à celle de la Société des Mines, que raconter l’histoire de l’une, c’est en même temps, faire l’histoire de l’autre » disait le Docteur L. Laroche.
En effet, Montceau est né grâce au charbon et à la volonté d’une famille : les Chagot
En 1818, une famille parisienne, les Chagot, appartenant à la bourgeoisie d’affaires décide d’exploiter les richesses de Montceau et du Creusot
C’est à partir de ce moment, que va commencer la naissance de Montceau
- 1818 : Jean-François Chagot acquiert Le Creusot et Blanzy
- 1826 : Jean-François Chagot vend Le Creusot et garde ses droits sur Blanzy
- 1833 : son fils Jules Chagot fonde la première société minière, c’est le commencement d’une exploitation sérieuse
- 1856 : en raison de la réussite de cette industrie, l’accroissement démographique incite les responsables à transformer le lieu-dit en commune le 24 juin 1856.
Le premier Maire est Léonce Chagot -avec un territoire de 1669 hectares pris sur les communes de Blanzy, Saint-Vallier, Saint-Bérain-sous-Sanvignes et Sanvignes. La population est alors de 1 300 habitants. D’abord dépendant du canton de Mont Saint Vincent, Montceau-les-Mines devient lui-même canton en 1873. Il compte à ce moment-là 8 500 habitants pour passer à 28 779 habitants en 1901.
De 1858 à 1861 : Construction de l’Eglise ouverte au culte en 1862
- 1861 : Montceau est relié à Chagny par chemin de fer.
- en 1870, la ligne est prolongée jusqu’à Moulins
- De 1875 à 1877 : construction de la Mairie (sise précédemment en un immeuble rue Docteur Jeannin - anciennement rue Sainte Hélène)
A côté de l’exploitation houillère, la Compagnie des Mines installe très vite des industries d’appoint : cartonnerie, tissage, verrerie, tuilerie, textile, bonneteries et plus tard chaussures.
La famille Chagot quittera Montceau vers 1900 à la suite d’importants mouvements sociaux.
 


La ville aujourd’hui

Une dynamique de reconversion
La plus jeune ville de la Saône-et-Loire a su garder son caractère authentique de la Bourgogne du sud, au travers des collines et des forêts constellées d’églises romanes.
Au centre de l’agglomération les grands parcs de Montceau symbolisent bien le renouveau de la ville. En 1981, l’exploitation des carrières de charbon à ciel ouvert s’achève. Le paysage présente alors un aspect lunaire, constitué de bosses et de trous noirs. De cette gigantesque cicatrice sont nés des parcs de verdure, de

loisirs et de sport :
Parc Saint Louis
- 150 ha.
- Il offre un site agréable de promenades : pyramide, jets d’eau, belvédère, roseraie, lac, jeux pour enfants


Parc Saint Pierre Maugrand
- lieu privilégié de calme et de détente, il comporte le CRAPA (terrain multisports et parcours de santé) et le golf composé d’un parcours « 6 trous compact », d’un practice et de deux ateliers d’approche (un green avec bunkers et un putting green)